Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 10:10

J'essaie de restreindre mes articles politiques car je ne possède pas de clefs pour décrypter l'actualité mais le moment est symbolique.

D'abord rapidement sur l'opposition, la règle se confirme à chaque fois qu'il y a un changement de majorité, elle subit un revers aux élections qui suivent et fait remonter l'opposition. Celle-ci est d'ailleurs en crise de leadership et n'a rien à proposer, elle se contente de dire qu'il faut changer de cap. On peut s'interroger sur le sens de cette phrase: la droite suggère-t-elle que l'on revienne sur les baisses de charges faites aux entreprises ou bien que l'on mette la barre à gauche ?

Concernant le FN, il faut laisser les 11 mairies vivre leur vie, c'est l'expression de la démocratie. Néanmoins, ces bascules marquent un tournant dans le mécanisme de vases communicants UMP-PS évoqué précédemment. Jean-Luc Mélenchon l'a maintes fois répété, la montée des extrêmes est inévitable. Si l'alliance se révèle parfois impossible avec l’extrême gauche, ils ne devraient pas être traités comme ils l'ont été par Anne Hidalgo, c'est typiquement le type de situation qui peut coûter cher aux présidentielles.

Enfin sur la majorité, curieusement, lorsque la droite essuyait un revers, les dirigeants "actaient" en criant victoire, je me souviens de l'expression "la branlée en chantant". Une attitude déplacée et en complète opposition avec ce que l'on a vu hier soir: des ministres défaits. Or les politiques ont tous les outils pour se préparer à ce genre de déconvenue. Quand on a soutenu sans réserves et avec langue de bois une politique impopulaire, en sachant que les sondages sont mauvais, il faut savoir garder une certaine contenance, ça fait partie du métier.

Sur le fond, je me suis toujours dit que Hollande allait gouverner en deux temps: la première partie de son mandat à faire ce qu'il voulait et la deuxième à rouvrir les vannes pour remonter dans les sondages. S'il fallait faire aujourd'hui le bilan, je retiendrais le mariage pour tous et une politique d'austérité mesurée mais déprimante car sans objectif pour la population. Dans ce climat de morosité, je ne vois pas comment il peut remonter la pente, et s'il n'a pas la capacité de le faire, il faut qu'il passe la main à un premier ministre plus indépendant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Apories
  • Apories
  • : Essais de réflexion sur notre société actuelle. RSS: http://feeds.feedburner.com/over-blog/qdQl
  • Contact

Recherche

Liens