Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 12:13

Alors que le marché du travail se mondialise et que les salariés français doivent s'adapter à la flexi-sécurité, les prix de l'immobilier fleurtent toujours avec la ligne noire.

 

Jacques Friggit est un économiste réputé qui suit particulièrement le marché immobilier. Notamment, il explique que le prix de l'immobilier dépend des revenus des ménages et qu'ils ont cru trop rapidement ces dernières années.

 

Ses chiffres sont intéressants car depuis1965, il montre notamment que:

  • Comparativement, il est plus difficile d'acheter en France qu'aux Etats-Unis où en Grande-Bretagne
  • Le prix des loyers est globalement stable et raisonnable par rapport aux revenus des ménages (indice oscillant entre + ou - 0.1 depuis 1993)
  • Lors de la crise immobilier au début des années 90, l'indice d'effort était de 1.04. Il avoisine maintenant les 1.7 alors qu'il n'avait jamais dépasse 1.3 depuis 1965.

Partout dans le monde, l'immobilier est devenu une valeur refuge mais en France plus qu'ailleurs. Cette réalité ne s'explique que par une différence de perception: le travail est une ressource menacée, la pierre est une valeur sure. Ce que ces indices montrent à mon sens, c'est que cette perception des ménages a déréglé le mécanisme et les conduit à prendre un risque d'achat disproportionné.

 

Pour le dire autrement, les loyers sont restés globalement sages car les propiétaires se basent sur les revenus des locataires. En revanche, par anxiété, les acheteurs suivent le marcher de l'immobilier  à la hausse en ayant l'impression qu'ils assurent leur avenir alors que paradoxalement, ils mettent plus d'efforts pour acheter, risquent à la fois de ne pouvoir rembourser leur empreint et une baisse de l'immobilier, sans porte de secours puisque les empreints font plus de 30 ans et les taux d'intérêts sont minimum.

 

Il n'y a aucune réponse des politiques à ce problème qui n'est évoqué que très indirectement. On parle beaucoup plus de pouvoir d'achat et de difficultés à payer son loyer que de l'achat de logement. Une méthode possible serait de limiter légalement la durée des prêts immobiliers et de baisser progressivement cette durée. Une autre serait de limiter la caution des particuliers, obligeant les banques à jauger le risque plus prudemment. Bref pour que les Français puissent à nouveau acheter, il faut limiter leur pouvoir d'achat...

 

Mais les politiques ont-il la volonté de s'attaquer à ce problème ? Faisant partie de l'élite, ils ont probablement placé une grande part de leurs économies dans la pierre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Apories
  • Apories
  • : Essais de réflexion sur notre société actuelle. RSS: http://feeds.feedburner.com/over-blog/qdQl
  • Contact

Recherche

Liens