Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 12:05

Alors que je cherchais à quitter ma société, un consultant m'avait proposé de me coopter dans sa boîte qui avait du mal à recruter (comme toutes les boîtes à cette époque). J'avais passé mon entretien d'embauche avec l'associé, dans le lounge d'un hôtel de la Défense. Une simple manoeuvre pour donner un côté cool/décontracte/classe, j'avais joué le jeu. J'en étais ressorti avec une impression globalement positive mais un petit doute, sa tonalité monocorde m'avait donné l'impression d'une absence d'émotions.

 

La crise économique et la petite taille de la société avait fini par révéler ce qu'il y avait derrière ce mur neutre: des bonus distribués à ceux qui courtisent, une habitude à souffler le chaud et le froid, des demandes classées urgentes mais sans explication et surtout...des moments clés...

 

Vivant en concubinage, sa compagne avait un enfant de 8 ans qu'il disait considérer comme son fils et dont les courtisants lui demandaient beaucoup de nouvelles. Un été je l'ai entendu répondre, c'était l'enfant qui l'appelait. Alors qu'il n'avait pourtant rien de particulier à faire, il l'avait aggressé verbalement avec violence.

 

Il demandait également de "travailler sur un dossier le week end" alors qu'aucune affaire n'était en cours ou envoyait un email au milieu de la nuit en demandant une synthèse pour le lendemain 10H. Autrement dit: gare à ceux qui arrivent tard le matin.

 

Il m'expliqua le jour de mon départ sa vision du monde du travail qu'il avait acquise en classes préparatoires: les managers doivent se comporter de manière exigente et parfois brutale pour maintenir l'ordre dans la société et obtenir le meilleur de nous même, nous devons travailler beaucoup et lorsque l'on rentre chez soi le soir, on peut redevenir quelqu'un de différent.

 

Finalement, la société avait failli être rachetée et c'est en discutant par hasard avec un des anciens et le repreneur potentiel que j'ai eu une dernière anecdote sur lui.

 

Ancien collègue: Tu ne deveniras jamais quel surnom il lui a trouvé.

Moi: Lequel ?

Repreneur: Je l'ai appelé "l'Autre".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Apories
  • Apories
  • : Essais de réflexion sur notre société actuelle. RSS: http://feeds.feedburner.com/over-blog/qdQl
  • Contact

Recherche

Liens