Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 22:14

Le livre numérique est devenu un acteur à part entière aux Etats-Unis, il balbutie encore en France. Tout le monde se demande comment va évoluer le marché français. En regardant ce débat, je me suis rendu compte de plusieurs choses.

 

Dans le schéma actuel, les auteurs produisent et vendent aux éditeurs, qui font la promotion, transmettent aux imprimeurs, gèrent les stocks, distribuent en librairie. Une chaîne plutôt opaque où on ne sait pas trop qui gagne combien mais contrôlée par l'éditeur. Avec le modèle du Numérique, les imprimeurs et la librairie disparaissent du circuit bien que ce sujet soit actuellement tabou, restent les éditeurs et un nouvel acteur: les opérateurs. Les opérateurs sont des sociétés (amazon, fnac, apple...) qui créent des sites pour vendre des ebooks en les achetant directement aux auteurs mais ce ne sont pas des éditeurs au sens classique du terme comme nous le verrons plus tard.

 

Officiellement, les auteurs restent fidèles aux éditeurs car la majorité des revenus provient du papier mais on sait pas pas combien de temps durera encore la situation. D'autant que les opérateurs font du pied aux auteurs en leur offrant de gros pourcentages alors que les éditeurs offrent un pourcentage guère plus élevé que sur le papier. Les éditeurs expliquent cette différence par une recherche: comment transcrire la qualité d'impression sur un ebook, sortir le livre dans différents formats (tous les ebooks ne sont pas compatibles) et travailler sur des DRMs.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas, les DRMs sont des morceaux de logiciel dans l'ebook qui sont conçus pour éviter le piratage. Ces DRMs font en sorte que vous ne puissiez lire l'ebook que sur une machine, si l'ebook est téléchargé par une autre personne, il sera pas lisible chez elle. Le problème avec ces fichiers, c'est que vous pouvez avoir plusieurs ordinateurs, ou plusieurs ebooks, et c'est le même problème que pour les MP3 légaux, si vous les avez lu sur votre PC, ils n'iront pas dans votre baladeur, ou dans votre téléphone. Une pratique qui énerve les utilisateurs qui achètent un produit mais sont excessivement bridés dans son utilisation, les poussant vers les plateformes de piratage, le DRM c'est un peu comme si vous achetiez une bibliothèque qui pourrait s'autodétruire...

 

De leur côté, les opérateurs s'efforcent de promouvoir leur plateforme, car le marché est en phase de décollage, et chacun développe son format et son ebook reader. Le but étant de verrouiller le client sur sa plate-forme avec sa DRM, celui qui croîtra le plus vite aura un avantage décisif, car chaque portail assurera la promotion des ebooks qu'il veut.

 

Certes le livre n'est pas condamné à disparaître mais à devenir un objet de collection ou de luxe. Les imprimeurs et les libraires seront les premiers perdants. Les éditeurs et les opérateurs deviendront concurrents et la loi du marché fera disparaître des acteurs. Les auteurs ont de fortes chances d'être gagnants durant cette phase d'affrontement, jusqu'à ce que le marché se partage entre une poignée d'acteurs où ils reviendront à la situation actuelle car les actionnaires n'aiment pas partager les bénéfices. Il reste une inconnue c'est le piratage, la DRM énerve les utilisateurs et risque de favoriser le piratage, le modèle pourrait devenir instable et créer une crise comme celle qui touche l'industrie du disque.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Apories
  • Apories
  • : Essais de réflexion sur notre société actuelle. RSS: http://feeds.feedburner.com/over-blog/qdQl
  • Contact

Recherche

Liens