Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 13:38

On voit fréquemment le sujet ressurgir, dans le domaine Informatique notamment, le nombre d'offres d'emplois augmente mais il y a toujours plus de chômeurs avec des difficultés de recutement croissantes. Il n'y a qu'un pas à franchir pour dire que les chômeurs sont des assistés et que leur couper les aides permettrait de faire baisser le nombre chômeurs.

 

Pôle emploi pense au contraire que le secteur souffre d'une mauvaise gestion.

 

Voci, ma vision:

 

Une société a un budget ponctuel (nouveau besoin par exemple) et doit arriver rapidement à un résultat. Elle fait appel à une société de sous-traitance en demandant un profil, les commerciaux des sociétés répondent par des CVs qui sont soit des salariés de ces sociétés, soit des sous-traitants, soit encore des chômeurs...

 

Déjà à ce point, il n'y a aucun plan de formation, le candidat doit correspondre au profil, il doit maîtriser la technologie et ne pas avoir envie de changer de techno (ce qui est très rarement le cas). Charge aux écoles de former sur les bonnes technologies, quant à ceux qui ont déjà plusieurs années de travail derrière eux, ils ne sont pas retenus sur les projets concernant d'autres technologies ou alors avec une formation pôle emploi et un salaire ridicule. Vu le nombre de chômeurs actuels, le client est convaincu qu'il va trouver le bon profil et qu'il sera techniquement pointu, ce ne sera pas forcément le cas.

 

En effet, dans ce processus de sélection, la RH est hors circuit. Il ne s'agit pas d'une embauche, il n'y aura pas de professionnel du recrutement lors de l'entretien. Ou plutôt si, il n'y en aura qu'un, c'est le commercial de la société de service. Au fur et à mesure des entretiens, le commercial cerne la personnalité du client, ses questions pièges, ce qu'il attend du poste... Avant chaque entretien, il formera ad nauseam le candidat sur les bonnes et les mauvaises réponses. C'est devenu une pratique courante que de faire une répétition de l'entretien avec le commercial dans le rôle du client (alors que lui ne connait pas la technique). Au final, le client aura le sentiment d'avoir trouvé le profil adéquat, ce sentiment se dissipera plus ou moins lorsque le candidat arrivera en poste. In fine, il n'aura pas recruté la perle rare qu'il pensait mais il pensera avoir fait au mieux.

 

La société sous-traitante connait les secteurs en vogue et ceux où il y a pénurie de ressources, elle pourrait former ses salariés sur ces secteurs mais celà lui cause un problème de marge pour deux raisons:

  • Le consultant ne génère pas de CA pendant sa formation mais continue de représenter un coût.
  • Il faudra l'augmenter en conséquence pour qu'il ne soit pas débauché par la suite par un concurrent (les clauses de dédit formation ne dépassant pas un an).

Notons cependant que depuis la création du DIF, les sociétés créent des filiales spécialisées en formation de qualité plus ou moins variables. Lorsque le salarié n'a pas de mission, il est envoyé dans une formation où la session n'est pas complète (il reste quelques places). Je n'ai pour ma part rencontré personne ayant retiré un emploi grâce à ces formations car elles sont très courtes (envion une semaine) et ont besoin d'être étayées par de la pratique.

 

La société sous-traintante se plaint alors de ne pas trouver les ressources sur le marché du travail et demande à ce que les formations soient réalisées avec de l'argent public. Par ailleurs, plus le marché du travail est engorgé et plus elle peut proposer des salaires bas, celui qui est en fin de droit est forcé d'accepter, ce qui aide le sous-traitant à préserver sa marge face au client exigeant. Peut appararaître alors une pratique, faire passer des offres d'emploi à salaire très bas. Les anciens à salaires normaux sont en parallèle encouragés à partir par des méthodes plus ou moins diplomates.

 

Ces pratiques ne créent pas d'emploi et dérivent de plus en plus chaque année, et encore je n'ai pas parlé du statut d'autoentrepreneur. A mon sens, il faudrait y mettre progressivement fin et revenir à un système où la société d'intérim serait le seul recours possible mais celà fâcherait beaucoup de monde.

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 20:41

Tout le monde s'impatiente et veut connaître le nom du prochain premier Ministre, pourquoi FH prend-il autant de temps pour l'annoncer ? Je ne peux ici qu'essayer de deviner...

 

Quelque soit l'annonce du choix du premier ministre, elle décevra plus qu'elle n'apportera d'espoir. FH cherche donc à gagner un maximum de temps, pour que les français se fassent le plus possible à l'idée qu'il est le nouveau président de la république. Il prépare le "troisième tour" afin que les indécis votent naturellement PS et lui offrent la majorité qu'il attend. C'est la raison pour laquelle on l'a vu avec Nicolas Sarkozy lors des journées de commémoration. NS ayant probablement accepté de participer pour la même raison que Jacques Chirac avait accepté de paraître aux côté de Nicolas Sarkozy.

 

Quoiqu'il en soit la droite semble définitivement battue. Le passage de Rachida Dati a ONPC hier soir m'en a convaincu. Chacun des UMP prend position avec des idées pro ou anti FN. Le "Ne donnons pas tous les pouvoirs au PS" pourrait marcher encore faut-il avoir un chef pour que tout le monde aille dans la même direction et que les français sachent qui serait premier ministre en cas de victoire. Le mieux placé serait à mon avis Alain Jupé pour des questions d'images: il est lié à Chirac que les français (nostalgiques) trouvent sympatiques, il n'a pas de condamnation récente et il n'a pas l'air lié aux affaires sulfureuses en cours. Il ne faut pas oublier que le premier ministre ne dispose pas de l'immunité du président. Mais la bataille actuelle a plus l'air de se jouer entre JF Copé et X Bertrand...

 

Personnellement, je voulais un président moins intégré au système que François Hollande. Les verts affichent leur volonté de dire amen à tout ce qui viendra du PS, je n'ai pas de sanction à voter contre la gauche de ma région ce qui exclue le vote stérile du FN. Au final, je voterai probablement FDG, car après tout, FH est connu pour sa capacité de concilliation.

 

Repost 0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 19:49

Warning: ce que je vais écrire va piquer les yeux des juristes.

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Conseil Constitutionnel est une institution dont le domaine comprend en gros:

  • la validation des élections
  • la conformité des lois françaises avec notre constitution

Le détail de ses compétences est disponible ici.

 

Il est consituté de membres appelés "Sages" qui délibèrent à huis clos (on ne connait que la décision globale finale pas ce que chacun a voté). Les membres sont nommés par le président de la république, par le président du Sénat. Il est également composé des anciens présidents de la république qui ont le droit de siéger.

 

Le CC est très utile car il permet de valider qu'une loi n'a pas trop dérivée et reste conforme à notre constitution qui donne les règles de base de notre société. Autrement, si une loi ne respecte pas ces principes, le CC peut la faire instantannément disparaître, c'est un pouvoir énorme donné à des gens faisant partie de l'élite et dont l'intégrité est indiscutable.

 

C'est avec étonnement que l'on a appris que le CC avait fait disparaître le délit de harcèlement sexuel. Maître Eolas en détaille ici les raisons. Ma compréhension, c'est qu'en droit pénal, tout ce qui n'est pas interdit est autorisé et que pour interdire, il faut écrire de manière non ambigue et précisemment ce qui est interdit. La loi sur le harcèlement avait fini par devenir trop vague et les juges risquaient de condamner des gens sur des éléments trop divergents: la loi était trop vague. C'est le fonctionnement normal du CC.

 

Mais il y a un problème, car il s'avère que la personne (Gérard Ducray) qui a soumis cette demande (QPC) et qui faisait l'objet d'une procédure de poursuite pour harcèlement sexuel connaissait bien un des sages: Jacques Barrot. Ils avaient en effet travaillé dans le même cabinet ministériel (premier ministre Chirac, président D'Estaing). Les deux anciens présidents n'ont d'ailleurs pas participé à la délibération car ils estimaient justement qu'il y avait un conflit d'intérêt.

 

On en vient à se poser des questions car le détail du vote n'est pas connu, est-ce que la voix de M. Barrot a été décisive ?

 

Mais ce n'est pas le seul problème car le conseil consitutionnel valide également les élections présidentielles. Aujourd'hui, d'anciens Sages disent qu'ils n'auraient jamais dû valider 1995 car il y avait des doutes sur les comptes de cette campagne. Deplus, on commence également à se poser des questions sur les comptes de campagne 2007 alors que dans quelques jours le CC devrait valider ceux de 2012...

 

Mon opinion personnelle est que le CC est un excellent organisme mais qu'il s'enraye sur les questions politiques. Il faudrait qu'à terme, il soit réformer (via référendum ?) pour que les membres soient détachés du pouvoir et que les décisions soient plus transparentes comme à la cours suprème des USA où l'on sait ce que chaque juge pense.

 

 

Repost 0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 18:44

6806621436_864c5177de.jpgLe jeu des pronostics au gouvernement est particulièrement lassant.

Je n'ai, comme la plupart de mes concitoyens, aucune compétence pour savoir qui fera un bon ministre et à quelle place.

 

J'ai néanmoins quelques remarques:

 

Nous savions dès le soir de l'élection de Nicolas Sarkozy que François Fillon serait le premier ministre et il semblait à l'époque très complémentaire de la personnalité du président, malheureusement avec les effets que l'on a pu voir.

 

Nous avons besoin de retrouver un président capable d'utiliser correctement le temps et ne faisant pas d'effets d'annonce. Ensuite, le précédent gouvernement était trop basé sur l'image, j'espère que celui de la nouvelle majorité aura une base solide de ministres compétents.

 

Concernant EEV, je suis particulièrement remonté contre eux. Ils donnent une image épouvantable de clientélisme: condamnés pour ne pas avoir respecté pas leurs propres statuts, candidats multipliants les annonces dans la presse, ils décrédibilisent déjà le futur gouvernement, et réussissent l'exploit de rendre leur ministre mauvais quelque soit le vert choisi....

 

Enfin remarquons la réserve du futur président qui respecte un certain retrait par rapport aux polémiques actuelles sur sa compagne. Le changement est déjà là mais les médias fonctionnent encore comme durant ces 5 dernière années.

Repost 0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 10:30

Je commencerai par la partie la plus désagréable, la campagne est enfin terminée et elle aura été particulièrement médiocre cette année. Certains observateurs font remarquer que FH est élu avec moins de 50% des votes exprimés. Mais il faut noter qu'avec l'abstention, un président est généralement élu avec la moins de la moitié des voix des français.

 

Forcément dans le camp du vaincu, on part sur l'hypothèse: il fallait faire autre chose... Facile à dire mais quoi ? Au final, vues les crises que nous traversons, allons-nous vers une insatisfaction croissante des français ? Un président sortant peut-il être encore réélu ?

 

Dès l'annonce des résultats, les journalistes ont apporté une pleine adhésion au candidat comme ils l'avaient fait avec NS. Pas de commentaires sur les sondages surévalués. Pas de commentaires non plus sur la forme: le nouveau président prend un jet avec les journalistes pour se rendre à Paris (coût  peut-être supérieur à l'addition du Fouquet's). Ils mettent Thomas Hollande en lumière bien plus que les fils Sarkozy le soir du premier tour. Côté exemplarité, ça démarre mal...

 

Plus que jamais, il me semble nécessaire de modifier le code électoral pour que les résultats soient annoncés avec vote blanc, afin que les campagnes redeviennent cohérentes et pour forcer les candidats à sortir des stratégies de pure communication. Le premier gagne les élections mais on voit alors l'adhésion réel du pays qu'il a dernière lui.

 

Ensuite, il est nécessaire d'avoir des députés FN ou Bleu Marine ou ce que vous voulez. Il y a des votes pour ce parti, et il ne faut pas oublier qu'il y a eu des mairies FN. Les élus FN déçoivent autant que ceux des autres partis. Il est important que les électeurs voient ce que fait ou ne fait pas un député FN à l'assemblée.

 

Enfin, il faut donner un peu de temps à FH. Il a gagné, on ne devient pas Président de la République par hasard. Tous les nouveaux présidents murissent pour devenir de vrais hommes d'états. L'exercice du pouvoir le façonnera, à lui d'avoir la bonne discipline pour devenir un bon président. Souhaitons lui aujourd'hui bonne chance.

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 14:24

Twitter est en train d'exploser, la loi n'est plus respectée, la campagne a repris. Le comptes officiels restent respectueux mais d'autres ont repris les argumentaires de campagne, il faut dire que les écarts du premier tour n'ont donné lieu à aucune sanction...

 

Aucune autorité ne sonne le rappel a l'ordre, de toute façon aucun dispositif n'a été révu pour contrôler le bon déroulement.

 

Repost 0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 12:48

Comme pour le premier tour, je vous livre mon analyse statistique des derniers sondages.

Tiré des éléments wikipedia, le graphique de 2007:

2007-2.png

Pour ce second tour, j'ai eu du mal a trouvé un site regroupant les derniers sondages, j'ai pris ceux de ce site. Les derniers chiffres datent du 3 mai 2012.

2012-2.pngLes échelles sont à peu près les mêmes, si la fourchette haute est aussi proche c'est parce que les différents instituts donnent quasiment les mêmes valeurs à 0.5% près. Cette anomalie n'est pas expliquée par les instituts et je me demande quels seront vraiment les résultats du second tour.

 

Si je prends les mêmes marges qu'en 2007, voici ce que ça donne:

2012-2-1.png

Ce graphique ne se fonde sur aucune méthode stastique rigoureuse. J'ai trouvé utile de le donner dans la mesure où les données sources me semblent étranges.

Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 09:53

Lendemain de ce grand débat qui ne donne plus rien depuis 1995.

 

Sur la forme:

 

Sur le démarrage, j'ai pensé que François Hollande allait s'effondrer. Nicolas Sarkozy a fait l'erreur de lui rentrer dedans dès le début ce qui a provoqué un resaisissement du socialiste. FH a d'ailleurs enchainé en proposant à NS de débattre en se regardant dans les yeux: d'après Ségolène Royale, il faut savoir qu'en 2007, il ne la regardait pas ou fixait son épaule. Par ailleurs, tout au long du débat, FH n'a pas hésité à interrompre NS dès que celui-ci commençait à construire des raisonnements sur des faits faux. Je pense qu'au cours de ces 5 ans, NS a perdu l'habitude qu'on lui réponde et il n'a pas su gérer.

 

Sur le fond:

 

La bataille de chiffres était incompréhensible et invérifiable en l'état. OWNI publie les plus grosses erreurs, 1 chiffre toutes les 47 secondes pour NS.... Je n'ai pas perçu de fil conducteur dans les deux programmes. NS a passé tellement de temps à combattre son adversaire que je suis incapable de retrouver une mesure de son programme. Le travailler plus pour gagner plus, s'est mué en vrai travail qui reste toujours aussi difficile à trouver. Côté FH, ce n'est pas vraiment mieux, sa position sur le nucléaire me reste en travers de la gorge. Durant les primaires, il parlait de baisser la part du nucléaire de 25% d'ici 2025 et on découvre qu'en 2017, il aura fermé une seule centrale. NS avait de quoi l'attaquer mais ce n'est probablement pas ce qu'on lui avait préparé dans ses fiches.

 

Au final, je n'ai trouvé aucun argument positif pour voter FH ou NS.

Repost 0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 10:33

Mediapart annonce une nouvelle affaire: Nicolas Sarkozy aurait eu un accord de principe pour faire financer une partie de sa campagne de 2007 par Kadhafi. Le journal ne disposerait pas de preuve de la trace du versement mais d'un document attestant de réunions préparatoires avec un accord de principe.

 

La nouvelle arrivant juste avant le second tour, il est trop tard pour que nous connaissions le fin mot de l'histoire tout de suite. Bien sûr, les partisants de Nicolas Sarkozy y verront un coup de la gauche. Je vous invite à relire ce que Jean-Pierre Raffarin écrivait sur l'affaire DSK, il y a un an.

 

Nous ne pouvons savoir la vérité dans l'immédiat alors la population ira vers la vraissemblance.

Il y a un an Kadhafi menaçait de révéler un grave secret sur le financement de la campagne de NS. Le financement de la campagne de 2007 est déjà dans le collimateur de la justice. Le conseil constitutionnel a déjà validé des comptes douteux pour la campagne de 1995.

 

Il est alors très probable que l'électorat qui est en crise de confiance vis à vis des politiques n'ira pas voter Sarkozy. Et comme le dit JP Raffarin:

 

"Cela devrait conduire les responsables politiques à une grande exigence personnelle. La réputation est ce sur quoi on peut s’appuyer quand la maison brûle"

 

PS: Je vous invite à relire Pierre JC Allard sur les hommes de confiance.

Repost 0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 12:00

3273629749_fe98856b70.jpgLa pêche aux voix du FN de Nicolas Sarkozy déclenche des pelletés de protestation à gauche. C'est très bien mais ça ne construit aucunement un programme de gauche. Au contraire même, on ne sait plus ce qui reste du programme de François Hollande... Autrement dit, le rapprochement UMP -> FN garantit que je ne voterai pas à droite mais ce n'est pas pour autant que je ça déclenche mon vote vers la gauche car après les présidentielles viennent les législatives.

 

Je fais partie de la catégorie des cadres moyens travaillant en milieu informatique.

 

En 2001, avant l'explosion de la bulle Internet, la gestion était délirante, les managers ne tenaient pas compte des coûts. L'important c'était d'être visible. Puis vint la crise. Dans un premier temps, les coûts ont été rationalisés, on a revu les équipes aux dimensions correctes, il fallait justifier avant de dépenser, les contrôleurs de gestion avait la maîtrise, c'était une époque équilibrée. Mais les actionnaires veulent toujours plus, et les budgets ont basculé dans le politique: un PDG est challengé par les actionnaires pour faire toujours plus d'argent avec moins de dépenses, il répercute ces contraintes sur ses cadres supérieurs. Il arrive un moment où il devient impossible d'arbitrer les choix car on veut un niveau de qualité mais on se rend compte que les services ne savent pas faire car ils n'ont pas assez de temps pour traiter. Et ce, bien que les marges soient à deux chiffres, et parfois bien qu'il n'y ait aucune concurrence internationale dans ce secteur.

 

La société passe alors par l'externalisation: on fait un appel d'offre où l'on met en concurrence des sous-traitants et on délègue tout ou partie de l'activité. Les sous-traitants se battent sur les tarifs car sinon ils ferment. On sait que la qualité va baisser et on sait que le sous-traitant aura une conception plutôt laxiste du droit du travail... Les syndicats de la boîte mère ne bougent pas trop tant que cela n'affecte pas les effectifs car cela permet de relâcher la pression sur les équipes internes. Le prestataire a plus de travail mais c'est normal puisque ce n'est pas un "interne". D'année en année, la qualité se dégrade, vous le percevez quand vous vous adressez aux sociétés. Aujourd'hui, travailler en tant que cadre, c'est être noyé de demandes en sachant très bien qu'on ne peut pas les traiter, il arrive même qu'on ne puisse plus traiter l'urgent alors la demande de Mme Michu est clôturée sans qu'elle ait jamais vraiment été traitée.

 

Les discours sur la flexibilité du travail ou sur le vrai travail me semble délirants. Une société qui veut de la flexibilité a déjà trop d'outils ou alors elle est gérée par un management qui a fait les mauvais choix. Le vrai travail c'est quoi ? Être débordé tous les jours et produire une qualité minable ? Je suis, comme d'autres, par mon parcours imperméable à ce discours.

 

Pour la gauche, je conçois que la pression des marchés rende difficile toute avancée mais je ne vois pas de volonté de rééquilibrage dans le projet de François Hollande. Je ne demande pas une imposition globale à 75% mais le recul sur l'imposition pour "revenir à 2011" me fait grincer des dents. Le tout conjugué avec un brouhaha sur le thème "le FN, c'est mal !". Je ne suis pas certain que le système tienne encore 5 ans même si j'espère que quelqu'un pourra le sauver.

 

Repost 0

Présentation

  • : Apories
  • Apories
  • : Essais de réflexion sur notre société actuelle. RSS: http://feeds.feedburner.com/over-blog/qdQl
  • Contact

Recherche

Liens