Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 20:24

Au delà de la politique qui est menée, le cas Batho montre un problème de communication récurrent: la tendance à dériver sur des solutions "de droite". Dégager un ministre, c'est un acte fort d'autorité qui répond bien à l'image de chef unique qui correspond à l'attente d'un électorat de droite.

L'électeur de gauche est habitué à une certaine liberté d'expression et il aurait été possible de gérer le départ de la ministre de manière plus subtile au lieu d'attirer les projecteurs sur elle. François Mitterrand a bien dû laisser un certain nombre d'exemples pour montrer comment mettre habilement un élu en disgrace...

De manière générale, il faudrait éviter de rentrer dans le jeu de la droite en essayant de répondre aux sujets politiques d'une manière forte. La mort de Clément Méric, par exemple, a été gérée de manière adaptée par le gouvernement. Sous Sarkozy, nous aurions eu droit immédiatement à une nouvelle proposition de loi... Dans ce cas, on a parlé de dissoudre des groupes extrémistes et la proposition n'a pas été plus loin, ce qui est plutôt une bonne chose car il n'y avait probablement rien à faire. Les éléments que l'on découvre semblent montrer que l'affaire n'est pas aussi simple qu'elle en avait l'air et que c'est probablement un concours de circonstances malheureux, la justice finira bien trancher.

Même si le thème de la présidence normal a été abandonné, il me semble qu'il reste possible de rappeler les échecs de prises de positions tranchées qui ont caractérisé la droite ces dernières années. A terme, il reste le problème de la solidarité de la gauche qui n'est plus plurielle...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Apories
  • Apories
  • : Essais de réflexion sur notre société actuelle. RSS: http://feeds.feedburner.com/over-blog/qdQl
  • Contact

Recherche

Liens